Douleur au talon

Qu’est-ce qu’une Talalgie ?

Epine calcanéenne, Aponévrosite plantaire, Fasciite plantaire

talalgie1

Qu'est-ce que la Talalgie ?

C’est une douleur gênante au talon qui peut devenir invalidante. Elle apparaît à la suite d’une prise de poids (grossesse par exemple) ou à la suite d’efforts intensifs et répétés (pratique sportive intensive : course, hand-ball, basket-ball, sports sollicitant les articulations du pied). Elle peut survenir après une station debout prolongée ou un changement de chaussure, elle témoigne d’une souffrance au niveau de la partie postérieure de la voute plantaire (voir dessin, plus haut).

Elle résulte d’une inflammation locale de l’insertion de l’aponévrose plantaire superficielle, ou fascia plantaire qui est une sorte de membrane qui unit le talon aux orteils. Ce phénomène inflammatoire est le résultat de micro traumatisme sollicitant l’appareil suro-achilléo-plantaire (voir dessin, plus haut).

talalgie2

Qu'est-ce que la Plantalgie ?

C’est une douleur plutôt de la plante du pied. Elle signe une souffrance de la partie moyenne de l’aponévrose plantaire. Elle peut survenir suite à un traumatisme sportif et se manifeste alors par une ecchymose, qui signe une déchirure plus ou moins importante du fascia.


Qu'est ce que le Diagnostic différentiel ?

Devant une talalgie le diagnostic se pose entre une rupture aponévrotique traumatique, récente ou ancienne, une pathologie fibromateuse (Maladie de Ledderhose), une affection rhumatismale (SPA, Psoriasis, syndrome de FLR) ou tumorale, une neuropathie et une pathologie d’insertion de l’aponévrose. L’examen clinique et l’ex. complémentires : Radio, Echographie et IRM peuvent aider à distinguer l’étiologie.

Qu’est-ce qu’une Talalgie ? Epine calcanéenne, Aponévrosite plantaire, Fasciite plantaire

Compléments d'informations

talalgie3

Traitement médical après conservateur ?

Le traitement est essentiellement conservateur.
Médical : il est souvent long (3 à 9 mois), ses modalités sont proposées sous forme d’escalade thérapeutique, (il existe un risque de récidive), certaines formes s’avérant rebelles à tout traitement :

  1. Repos surtout dans les formes survenues suite à un traumatisme,
  2. Soins locaux : Glace plusieurs fois/jour sans brûler la peau, bains eau froide, de façon générale Cryothérapie,
  3. AINS (anti-inflammatoires non stéroîdien) et antalgiques (anti-douleur) en général, associés à un chaussage adapté (porter une chaussure une demi pointure plus large, plutôt montante, souple, sans semelle rigide, ou des baskets avec de l’air dans la semelle, sous le talon).
  4. Talonnette, en silicone ou avec évidement au point douloureux et à terme des semelles orthopédiques (voir dessin ci-dessus) : orthèses plantaires
  5. Perte de poids : nécessaire dans les formes survenues après prise de poids, est un maillon essentiel à observer pour rompre le cercle vicieux de l’inflammation chronique rebelle,
  6. Ondes de choc : Jamais au-delà de dix séances, peuvent être douloureuses,
  7. Exercices et étirement du système suro-achilléo-plantaire dans les formes chroniques
  8. Infiltration(s) : Jamais plus de 3, à préconiser de façon parcimonieuse, car le risque de rupture secondaire du fascia n’est pas exclu.

talalgie4

Traitement chirurgical ?

Celui-ci est exceptionnellement proposé, jamais de première intention, toujours après une exploration complète, Rx, Echo, IRM, il est recommandé seulement après l’échec de la majorité des moyens de l’arsenal médical conservateur (au moins 6 à 7/8 mesures de l’escalade thérapeutique citée plus haut), et au moins un an après le début des symptômes (lorsque ces conditions sont remplies le ratio de guérison est supérieur à 80 %).


Rappel anatomique et fonctionnel

Le Calcanéum est un os compact et solide de l’arrière pied, situé dans le talon,

  • Il a une forme parallélépipèdique et irrégulière.
  • Dans sa face arrière, le tendon d’Achille est inséré et sur sa face inférieure, le plus proche du sol, il donne insertion à l’aponévrose plantaire.
  • Dans chaque étape du pas le talon supporte tout le poids du corps et les charges de propulsion de la marche, de l’accélération et de la course ; cette charge peut atteindre 20 fois le poids du corps.

L’aponévrose plantaire et sa fonction :

  • En forme de triangle à base antérieure, elle va de la tubérosité aux articulations métatarso-phalangiennes (MTP) des 5 orteils,
  • Elle transmet la force de propulsion d’arriére en avant, sous-tend l’arche interne du pied et assure l’équilibre de l’ensemble du pied, notamment de l’arrière pied avec l’avant pied.

TERMINOLOGIE


  1. MTP : Articulation métatarso -phalangienne;
  2. Bursite inflammatoire : formation cutanée séreuse, rougeâtre, parfois liquidienne témoignant d’un frottement mécanique;
  3. Système suro-achilléo-plantaire : Appareil réunissant 3 structures fibreuses qui agissent comme un ensemble fonctionnel uni et lié;
  4. Fasciite plantaire : inflammation du fascia plantaire (aponévrose plantaire);
  5. Aponévrosite plantaire : synonyme de fasciite plantaire, confirmée par Echo ou IRM lorsque l’épaisseur ;
  6. Epine calcanéenne de Lenoir : appelée communément épine calcanéenne, décrite par Lenoir, est davantage une conséquence de l’inflammation de l’insertion de l’aponévrose qui réagit aux sollicitations en se calcifiant, avant d’être une cause de douleur;
  7. Entésopathies Rhumatismale : une talalgie peut être retrouvée dans : SPA (Spondylarthirte Ankylosante), un Psoriasis, maladie FLR (Fissinger-Leroy-Reiter);
  8. Maladie de Ledderhose : formation fibromateuse de l’aponévrose superficielle, équivalent sur la plante de la maladie de Dupuytren à la paume de la main, (association dans 15 à 25 %) évolue avec des cordes et des noyaux fibreux qui peuvent faire mal à l’appui dans la chaussure comme si on marchait sur des corps étrangers, le traitement est chirurgical.